Gestion des hauts potentiels : entre frustration et opportunités

Interrogez les hauts potentiels (ou supposés tels par eux-mêmes ou surtout par leurs pairs) sur la manière dont ils sont managés en entreprise : ils exprimeront souvent leur frustration d’être enfermés dans des méthodes d’une époque révolue dans laquelle on planifiait une carrière comme l’achat de sa maison et les projets familiaux, ils critiqueront régulièrement l’utilisation de la peur du lendemain comme prétexte à l’immobilité, ils regretteront le manque de prise de risque de leur hiérarchie enlisée par le manque de contrôle d’investissements à retombées trop lointaines…

L’incertitude créée par des environnements économiques en profonde mutation et par des aléas non programmés qui viennent bouleverser les business plans, a pour conséquence le fort raccourcissement des cycles de décision, alors que les hauts potentiels proposent des visions à long terme et attendent qu’on parie sur l’avenir - et sur leur propre avenir- ; ils sont prêts à créer leur poste pour piloter leur projet pour l’entreprise, mais les moyens ne sont pas toujours présents, les financiers ne sont pas toujours convaincus.

Quel est le rôle des DRH dans la gestion des potentiels? Doivent-ils poursuivre leur collaboration dans un rôle de business-partner? Comment gérer les spécificités individuelles et humaines (qui ne concernent bien entendu pas seulement les hauts potentiels) lorsque l’effectif des services est un indicateur de santé de l’entreprise, lorsque les plans de gestions de compétences sont uniformisés et n’intègrent pas la dimension « talent » ?

 

De plus en plus, ce sont les hauts potentiels eux-mêmes qui prennent en main leur parcours et leur avenir, par l’effort de mobilité, par l’intégration de réseaux formels et informels qui leur assurent une visibilité et des échanges avec leurs pairs et leurs partenaires, qui leur permet de travailler sur la dimension prospective propre à leur environnement souvent impossible à élaborer et mettre en oeuvre en entreprise.

Se pose alors la question de leur rétention en entreprise : s’ils progressent surtout à l’extérieur, comment les motiver à capitaliser ces nouvelles connaissances et en faire profiter l’entreprise? Et s’ils sont de plus en plus visibles, comment rivaliser avec les offres des concurrents, des pairs, des chasseurs de têtes qui auront pris conscience de la valeur potentielle de ces talents?

Les réponses actuelles se retrouvent dans l’évaluation, l’assessment, la formation (inter ou sur-mesure),bref, l’individualisation d’un suivi reposant sur un diagnostic objectif de ces hauts potentiels qui possèdent un talent qui n’est pas que théorique, mais une opportunité de développement en puissance qui ne demande qu’à passer à l’acte. Ces réponses accompagnent la dynamique des parcours individuels tout en rendant l’entreprise partie prenante de cette dynamique. Il s’agit ainsi de concilier des avenirs collectifs et des avenirs individuels souvent en interaction et en motivation réciproque!

Copyright © Phedon SAS · Log out